Quelles sont les fonctions de l’alimentation ? Comment se construit la relation alimentaire à travers la relation à la mère ? par Hélène Dujardin hypnothérapeute sophrologue

Quelles sont les fonctions de l’alimentation ? Comment se construit la relation alimentaire à travers la relation à la mère ? par Hélène Dujardin hypnothérapeute sophrologue

Quelles sont les fonctions de l’alimentation ?  Comment se construit la relation alimentaire à travers la relation à la mère ?

  1. La fonction première de l’alimentation est bien entendu d’apporter au corps les matières premières et l’énergie nécessaire au fonctionnement, au maintien et à la croissance de l’organisme.
  2. L’alimentation est aussi le premier référentiel dans la relation à l’autre et cela se construit dans le lien et les contacts premiers à la mère
  • Avant même la naissance, le fœtus, bien à l’abri au creux de sa mère est nourri par elle dans un échange direct.
  • À la naissance, l’échange continue, que ce soit par le biais du sein maternel ou du biberon donné contre ce corps chaud et rassurant.

Rentrons plus précisément dans la compréhension des processus en jeu, dans la relation précoce entre la mère et l’enfant, grâce aux apports de Winnicott, pédiatre, psychanalyste.

  • Au tout début, le nouveau-né est dans une situation de dépendance absolue vis-à-vis de l'entourage.
  • Par ailleurs, le bébé n’a pas d’emblée conscience de son corps unifiée, cette image de lui se construit petit à petit. Le bébé a alors à faire avec des angoisses massives dont il ne peut rien faire : vécu de vide, de chute
  • La mère y répond par la préoccupation maternelle primaire, c'est-à-dire une capacité à s'identifier à l'enfant pour le comprendre. Au cours de cette période, elle est en résonance avec les besoins du bébé. Elle éprouve une irrépressible nécessité de les satisfaire. La détresse de son enfant lui est intolérable. C’est la période de la dyade entre la mère et le nourrisson.

Ce qui va alors rassurer, apaiser ces angoisses et remplir cette fonction de lien du corps, c’est le mamelon dans la bouche du bébé ainsi que l’odeur de la mère :

  • En buvant le lait, le bébé incorpore les bonnes choses liées à cette expérience : le sentiment de satiété, de sécurité.
  • Et puis, s’y associe dans l’expérience ce que Winicott a nommé les trois fonctions maternelles détaillées ci-dessous, qui contribuent au sentiment de sécurité.
  • Enfin, il y a aussi le plaisir lié à la succion

Winicott précise les trois fonctions maternelles :

  • « l’object presenting »: la présence de la mère, au bon moment
  • Le « holding »: le fait de tenir, de contenir. Ce sont les soins, la protection, les bercements, qui tempèrent le nourrisson. Ces soins vont permettre à l’enfant de se construire des repères simples et stables : la faim, le froid, …
  • « le handling » (la manipulation physique du bébé) : ces soins permettent à l’enfant de se construire ses limites, ainsi que son intériorité. Par exemple, le contact de l’eau qui permet de percevoir les limites du corps.

On voit bien ici l’implication de tout le corps dans cet acte de manger.

Constitution du sentiment de soi et de l’autre.

La reconnaissance, et l’intériorisation des limites corporelles va permettre, dans un 2ème temps, la constitution de la notion de soi et de l’autre.

  • Dans les expériences des repas, le bébé apprend, comprend, ce qui lui fait plaisir, ce qui ne vient pas de lui, apprend aussi la frustration, le fait que l’expérience ne se passe pas comme il le désire. Ainsi le sein ou le biberon ne sont pas toujours disponibles. Cela lui permet de comprendre les limites entre lui et l’autre. Et aussi de comprendre que l’autre peut combler ou frustrer des besoins.
  • Un dosage subtil de sa frustration ni trop, ni trop peu, pour que le bébé puisse aussi apprendre à gérer la frustration, apprendre à combler le manque, faire face à l’absence de l’objet. Cette absence va être dans un premier temps comblée par l’investissement que le bébé va faire de son corps, dans une exploration.
  • La mère va également contribuer à cette construction & investissement du corps, par le jeu des mots employés, des sensations : c’est chaud, c’est froid…
  • ce moment de nourrir le bébé est un moment privilégié de lien entre la mère et le bébé, où la fonction maternelle se construit dans son rôle nourrissant et affectif : la notion de « bonne mère »

Dans l’alimentation du bébé par la mère, ce construit le 1er rapport à l’alimentation, le 1er référentiel de la relation à l’autre. Et cela participe du comportement à soi puis à  l’autre.

Revenir à cette relation première entre le bébé et la mère nous permet de mieux comprendre la complexité de ce qui se joue dans l’alimentation et dans notre relation à l’alimentation

Ainsi, dans les problématiques de poids, de relation alimentaire, il va s’agir

  • de retrouver le sens de ce pour quoi nous mangeons. Le sens ou plutôt les sensations : se connecter, se reconnecter aux sensations physiques de faim, de satiété pour prendre conscience de nos besoins. La méditation avec l’approche par la pleine conscience / présence mais aussi l’hypnose avec un travail à un niveau plus inconscient et profond vont apporter des outils pour cheminer vers cela
  • et ainsi de manger en correspondance avec nos besoins, tout en retrouvant le plaisir de manger
  • de pacifier la relation à soi et à ses émotions, en trouvant d’autres moyens de régulation émotionnelle
  • de travailler sur d’éventuelles blessures, traumatismes qui ont pu se « cristalliser » sur la relation alimentaire, tant on voit ici que l’alimentation touche à l’intime et à « la relation première »

Hypnothérapeute, sophrologue, je peux vous accompagner sur vos problématiques, et notamment dans ce retour à l’harmonie dans la relation alimentaire. Mon approche, associe la sophrologie, l’hypnose, la pleine conscience ainsi que la thérapie par la parole.

Séances sur rendez-vous à distance et à Paris 11ème au 06 34 18 00 23.

Scroll to top
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Facebook
Facebook
YouTube
LinkedIn
Instagram