Le corps et la notion de limite, Extrait de J’arrête de lutter avec mon corps, de Jean Christophe Seznec, par Hélène Dujardin hypnothérapeute

Le corps et la notion de limite, Extrait de J’arrête de lutter avec mon corps, de Jean Christophe Seznec, par Hélène Dujardin hypnothérapeute

Le corps et la notion de limite
Extrait de J’arrête de lutter avec mon corps, de Jean Christophe Seznec

Pouvoir élaborer, mettre des mots, apporter du sens et de la compréhension sur un vécu est une des premières étapes  dans le changement. Une étape de conscience.

J’ai trouvé dans la lecture du livre de Jean Christophe Seznec des éléments précieux, pour aider à cheminer dans le parcours de la dépendance et de la relation à l’alimentation.

Et ici même, j’en reprends un extrait dans son intégralité, qui éclaire sur la compréhension des limites, dans leurs différentes acceptions,

  • Un éclairage de ce que nous vivons dans la vie quotidienne, dans nos agissements,
  • dans l’origine même de la notion.

Comment s’individualise-t-on ? le modèle psychanalytique

L’une des questions centrales à laquelle nous sommes tous un jour confrontés au cours de notre vie, est celle de l’existence. Tout individu doit résoudre la problématique d’Etre.

  • En effet, à partir d’un corps organique appartenant pendant neuf mois à la mère, le nouveau-né s’individualise et se différencie physiquement et psychiquement.
  • Ce processus maturatif suit un long parcours que Freud décrit en faisant l’hypothèse de l’existence de l’inconscient, ce qui lui a permis de mettre en place la mythologie analytique utilisée comme modèle par les psychanalystes

A quoi correspond le fait d’être ?

C’est, en quelque sorte, la possibilité, de se référer à un autre – externe ou interne à l’individu – et d’entretenir ainsi avec lui une relation.

De ce fait, afin d’Etre soi et pas un autre, il est nécessaire de définir ses propres limites.

Si certaines limites paraissent plutôt évidentes

  • Les limites physiques : enveloppe corporelle
  • Limites relationnelles : tout le monde ne discute pas avec la même distance interpersonnelle physique ou psychique, chacun met en place sa distance.

D’autres le sont moins :

  • Les limites psychiques

L’absence de définition de soi entraîne la non-existence. On surmonte cette problématique grâce à l’inconscient, qui permet de mettre en place une dualité, notre structure névrotique,

  • entre le corps que j’ai, que je perçois, et que vous percevez,
  • Et le corps que je suis, avec cet autre psychique qu’est l’inconscient.

Toute cette organisation est propre à chacun en fonction du parcours maturatif vécu au cours de l’enfance et de la façon dont il a testé son existence réelle.

En résumé, on peut dire que pour Etre, on a besoin d’un ailleurs, et de limites par rapport à celui-ci.

***

La notion de limite se construit donc depuis la relation à la mère où nous ne formons qu’un pour s’individualiser, et prendre conscience que nous ne sommes pas un.

Et poursuivant ces étapes de construction psychique,  l’adolescence va constituer une étape charnière de différenciation vis-à-vis des parents, en s’émancipant de leurs désirs, besoins et éventuellement de leurs valeurs.

Parfois, si le lien est trop fort ou si l’adolescent n’a pas les ressources nécessaires pour se séparer, il peut être amené à « s’éprouver », se tester, pour pouvoir dire « qui » il est : comme la transformation de la chrysalide qui serait ici la séparation de ce qui rattache à l’enfance et aux parents.

En maltraitant son « corps parental », il essaie de rompre le lien qui le maintient dépendant, afin de le transformer en « corps d’adulte ».

Pour en savoir plus sur ce que cette forme de maltraitance recouvre, je vous invite à poursuivre votre lecture ici avec l’article Le corps et les comportements maltraitants : quelles fonctions ?

Synthèse, extrait par Hélène Dujardin Hypnothérapeute, Sophrologue

Séances sur rendez-vous au 06 34 18 00 23

Le corps et les comportements maltraitants : quelles fonctions ? Extrait de J’arrête de lutter avec mon corps, de Jean Christophe Seznec, par Hélène Dujardin hypnothérapeute

Le corps et les comportements maltraitants : quelles fonctions ? Extrait de J’arrête de lutter avec mon corps, de Jean Christophe Seznec, par Hélène Dujardin hypnothérapeute

Le corps et les comportements maltraitants : quelles fonctions ?
Extrait de J’arrête de lutter avec mon corps, de Jean Christophe Seznec

Pouvoir élaborer, mettre des mots, apporter du sens et de la compréhension sur un vécu est une des premières étapes  dans le changement. Une étape de conscience.

J’ai trouvé dans la lecture du livre de Jean Christophe Seznec des éléments précieux, pour aider à cheminer dans le parcours de la dépendance et de la relation à l’alimentation.

Et ici même, j’en reprends des clés sur la thématique notée en titre.

« Notre corps ressent des émotions et exprime des tensions ; il est parfois difficile d’accepter ce vécu corporel, et ce d’autant que nous ne savons pas toujours apaiser notre intériorité et nous engager vers la sérénité et l’harmonie intérieure.

Aussi nous utilisons différents comportements qui deviennent des dépendances ou éléments pour calmer ou anesthésier notre corps, purger nos tensions ou nous réconforter ».

Des comportements maltraitants envers notre corps

Ces comportements sont des formes de « mauvais traitements » envers notre corps

Et amènent à une forme de lutte contre le corps, contre nous-même.

  • Dans la lutte, le combat, l’alimentation est une façon fréquente de s’en prendre à son corps : dans les régimes et le contrôle de l’alimentation ; le contrôle et puis/ou les compulsions ; les grignotages.
  • L’alcool a aussi ces fonctions, et notamment celle d’anesthésiant des émotions, de voile posé sur le ressenti, le mal de vivre
  • Le tabac également
  • Les médicaments… etc

Que nous apportent ces comportements ?

Ces comportements, s’ils fonctionnent, fonctionnent sur une durée courte, de façon finalement illusoire. Ils génèrent de la tension, de l’anxiété et ont aussi un impact sur la santé.

Quelles sont les fonctions de ces comportements maltraitants ?

  • Se réconforter : le comportement « doudou », comme un petit enfant qui pourrait sucer son pouce. Une satisfaction immédiate face à l’ennui, le vide, l’abandon
  • Arrêter : ces comportements fonctionnent comme un « bouton off » qui arrête la sensation de mal être
  • Se remplir : un shoot de plénitude qui passe par le remplissage du ventre, comme un cocon
  • S’anesthésier : pour éviter une souffrance
  • Faire une pause : fuir quelqu’un ou une corvée, un prétexte ou échappatoire, « je ne fais pas rien, je mange »
  • Calmer ou apaiser ses angoisses
  • S’oublier, oublier la réalité, dans un univers onirique
  • Evacuer une tension
  • Se faire plaisir, se récompenser

En fait, la « tête » détourne par ces comportements des besoins, pour solutionner notre souffrance.

L’effet calmant est lié à 3 facteurs

  • La stimulation de la bouche (cigarette, aliment…) : on retrouve la succion enfantine qui berce et tranquillise, une forme de régression.
  • La gestuelle a un effet relaxant (geste rituel du fumeur par ex)
  • Le remplissage d’aliments, liquide, fumée qui procure une sensation de plénitude face à un sentiment de vide, on se sent seul, on consomme pour remplir.

Synthèse, extrait par Hélène Dujardin Hypnothérapeute, Sophrologue

Séances sur rendez-vous au 06 34 18 00 23

Arrêter de fumer: l’hypnose peut-elle aider à arrêter de fumer ? par Hélène Dujardin Sophrologue Hypnose Méditation Paris 11

Arrêter de fumer : l’hypnose peut-elle aider à arrêter de fumer ? par Hélène Dujardin, Hypnothérapeute, Sophrologue, Paris 11

Arrêter de fumer : l’hypnose peut-elle aider à arrêter de fumer ? comment l’hypnose permet elle d’arrêter de fumer ?

 

D’abord, il est important de préciser que l’hypnose n’est pas magique et que je ne suis pas magicienne.

Une envie profonde et une motivation solide sont les prérequis pour arrêter de fumer.

Alors en quoi l’hypnose va vous aider pour arrêter de fumer ?

 

En amont de la séance, l’hypnothérapeute va clarifier avec vous justement quelles sont vos motivations, vos freins également. Ce sera également l’occasion de prendre conscience de ce qu’est la cigarette et de ce qu’elle n’apporte pas. Ainsi un travail se fait déjà sur les perceptions et le regard que le fumeur porte sur la cigarette.

 

Ensuite, la séance en elle-même va permettre de travailler à un niveau inconscient

  • Avec un travail sur les habitudes prises et à prendre
  • Et aussi à une modification des perceptions à un niveau plus profond.
  • La séance permet un renfort des motivations et l’ancrage d’une projection dans le futur.

 

 

Autrement dit, l’hypnose permet de valider, travailler, transformer à un niveau plus profond et de fournir le starter complémentaire à la motivation bien présente.

Associé à la séance, il sera intéressant d’associer en amont un travail conscient sur les « plans B » : autrement dit, que faire lors de situations courantes, d’habitudes associées à la cigarette ?

Et trouver ainsi des nouvelles habitudes, de nouvelles associations.

 

Vous êtes motivé et décidé à arrêter de fumer ?

N’hésitez pas à me contacter : ensemble nous ferons le point sur là où vous en êtes, vous préciserez votre motivation, vous la renforcerez et l’hypnose pourra vous aider à franchir le cap

Consultations sur RDV au 06 34 18 00 23

 

 

 

 

Arrêter de fumer: quelles sont vos motivations à arrêter de fumer ? par Hélène Dujardin Sophrologue Hypnose Méditation Paris 11

Arrêter de fumer : quelles sont vos motivations à arrêter de fumer ? par Hélène Dujardin, Hypnothérapeute, Sophrologue, Paris 11

Arrêter de fumer : quelles sont vos motivations à arrêter de fumer ?

 

La préparation en vue de l’arrêt du tabac et le travail sur des motivations solides sont les deux clés de réussite pour arrêter de fumer

 

Chaque fumeur a ses motivations propres, des motivations individuelles et  qui vont aussi dépendre de son expérience, de son âge

Posez-vous (dans tous les sens du terme !) les questions suivantes :

  • A quel point est ce important pour vous d’arrêter de fumer ? qu’est ce que l’arrêt du tabac va vous apporter ?
  • Vous sentez vous prêt à arreter de fumer ? Pourquoi êtes vous davantage prêt aujourd’hui ?
  • Vous arrive t il d’être content de fumer ? ou n’etes pas content ?
  • Vous décidez aujourd’hui d’arrêter de fumer, quelle confiance avez-vous dans votre capacité à maintenir cet arrêt ?

 

Parmi les motivations,

  • L’impact (positif) sur la santé de l’arrêt du tabac
  • L’impact financier
  • Au-delà de ce type de motivations bien réelles, les motivations personnelles sont celles qui vont le plus vous mobiliser dans cet arrêt, être le fuel de votre motivation
    • Que l’arrêt du tabac s’inscrive dans un projet de vie (avoir un enfant), un cap personnel (les 30, 40 ans), un changement de vie ou de situation
    • Que l’arrêt du tabac soit symbolique d’une valeur qui vous tient à cœur comme la liberté

 

Prenez quelques instants pour réfléchir minutieusement à ces motivations,

Pourquoi vous les noter également.

 

Quelques ressources pour aller plus loin sur le sujet

Tabac info service

Tabac stop be

https://www.tabacstop.be/info-pour-fumeurs/pourquoi-arr-ter-de-fumer

 

ça y est, vous avez réfléchi et défini vos motivations et vous êtes décidé à arrêter de fumer ?

N’hésitez pas à me contacter : ensemble nous ferons le point sur là où vous en êtes, vous préciserez votre motivation, vous la renforcerez et l’hypnose pourra vous aider à franchir le cap

Consultations sur RDV au 06 34 18 00 23

 

 

 

Arrêter de fumer: fumer 3 cigarettes par jour est il aussi dangereux qu’un paquet de cigarette ? par Hélène Dujardin Sophrologue Hypnose Méditation Paris 11

Arrêter de fumer : fumer 3 cigarettes par jour est il aussi dangereux qu’un paquet de cigarette ? par Hélène Dujardin, Hypnothérapeute, Sophrologue, Paris 11

Arrêter de fumer : fumer 3 cigarettes par jour est il aussi dangereux qu’un paquet de cigarette ?

Quelques éléments pour vous éclairer

  • Des effets sur le cœur et les vaisseaux moins importants, mais réels
  • Ainsi, selon les études scientifiques, le risque de faire un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral (AVC) est deux fois plus faible quand on fume une seule cigarette par jour par rapport à une consommation quotidienne de 20 cigarettes.
  • Ainsi, les petits fumeurs consommant en moyenne 5 cigarettes par jour ont trois fois plus de risque de mourir d’un AVC ou d’un infarctus que les non-fumeurs. Un risque qui évolue peu avec l’augmentation de la consommation de tabac : fumer une vingtaine de cigarettes par jour multiplie par quatre ce risque.

 

  • Et là, c’est le nombre d’années de tabagisme, qui va être un autre paramêtre crucial
  • Ainsi, à quantité de cigarettes égale, fumer peu durant plusieurs années s’avère plus délétère pour le cœur que fumer beaucoup durant une courte période.
  • Autrement dit, fumer une cigarette tous les jours durant 27 ans (soit environ 10 000 cigarettes) est plus dangereux que finir un paquet tous les jours pendant 15 mois.
  • Au niveau des poumons, le tabagisme meme faible, a évidemment un impact : les poumons sont agressés, et sur le long terme, une toux apparaît et le souffle se fait plus court.
  • Selon une étude récente, en termes de volume d’air inspiré et expiré, chaque année, les petits fumeurs perdent ainsi 7 ml d’air contre 11 ml pour les gros fumeurs.
  • Eux aussi font face au risque de bronchite chronique et à terme d’insuffisance respiratoire
  • "Les effets seront d’autant plus délétères que le tabagisme a commencé tôt car le tabac ralentit le développement des poumons", souligne le Dr Gerard Peiffer, pneumologue.
  • Par ailleurs, si le risque de cancer des poumons est multiplié par 10 à 15 pour les gros fumeurs, il est déjà triplé pour les petits fumeurs par rapport au non- fumeur. l’ancienneté du tabagisme rentre ici beaucoup en ligne de compte

En résumé, fumer quelques cigarettes par jour expose à moins de risque que fumer un à plusieurs paquets. Mais les risques sont là…

Vous êtes motivé et décidé à arrêter de fumer ?

N’hésitez pas à me contacter : ensemble nous ferons le point sur là où vous en êtes, vous préciserez votre motivation, vous la renforcerez et l’hypnose pourra vous aider à franchir le cap

Consultations sur RDV au 06 34 18 00 23

 

 

Arrêter de fumer: quels sont les mécanismes de dépendance? par Hélène Dujardin Sophrologue Hypnose Méditation Paris 11

Arrêter de fumer fait-il grossir ? Comment éviter de prendre du poids quand on arrête de fumer ? par Hélène Dujardin, Hypnothérapeute, Sophrologue, Paris 11

 

Arrêt du tabac : comment se crée la dépendance ? comment le tabac agit sur notre cerveau ? quels sont les mécanismes de dépendance

 

La toxicité et l’impact du tabac sur la santé n’est plus à démontrer (pour en savoir plus).

Il est également important de rappeler que le tabac a un potentiel très addictif

 

La dépendance tabagique se joue à trois niveaux :

 

1/ La dépendance physique au tabac

 

  • Celle-ci s’installe et se développe très rapidement : à part le crack, c’est la drogue dont l’addiction est la plus rapide
  • Dans le cerveau, fumer va avoir un impact sur ce qu’on appelle le système de la récompense. En jeu, deux hormones : l’endorphine et la dopamine
  • Endorphine est une morphine naturelle, naturellement produite par le corps. Sa production est par exemple 10 fois plus importante dans la pratique d’un sport ; elle est également sécrétée lors de l’acte sexuel, après l’orgasme Elle procure un effet de relaxation, détente, envie de dormir
  • Or, la nicotine accélère la libération d’endorphines, ainsi le corps est addict à l’endorphine et pas à la nicotine
  • La dopamine est quant à elle, plutôt l'hormone du plaisir immédiat : une action provoque une satisfaction, cela peut être le goût d'un aliment sucré, une cigarette ou le plaisir sexuel.
  • A force de répétition, le cerveau s’habitue à la présence de cette substance. Et lorsque la consommation s’arrête, une sensation de malaise apparait : le corps est en manque de nicotine, ou plutôt des effets produits par l’endorphine et la dopamine

 

  • Lorsque le cerveau est « réapprovisionné » en nicotine, ces signes disparaissent. Autrement dit, le soit disant plaisir du tabac est dû au manque qui est comblé
  • Le tabac est une drogue à action, rapide, plus rapide que l’héroine : une fois la cigarette terminée, le taux dans le sang diminue de moitié en moins de 30mn et 75% en moins d’une heure. Cela explique les 20aines de cigarettes par jour.
  • Ainsi le tabac enferme dans ce cercle vicieux du manque avec une perte de l’état de paix et de tranquillité
  • Pour en savoir plus : https://www.doctissimo.fr/html/dossiers/drogues/mildt/principales-drogues-action-cerveau.htm

 

2/ La dépendance psychologique

 

  • Outre les effets physiologiques liés aux hormones, s’ajoutent ou se complètent des effets psychologiques
  • Le fumeur attribue ainsi différentes fonctions à la cigarette : anti-stress, anti-fatigue, détente, stimulant…
  • La dépendance est dite psychologique puisqu’ici, c’est une forme de « pouvoir » qui est attribué à la cigarette.

 

3/ La dépendance comportementale

 

  • Enfin, le fumeur cultive avec l’usage de la cigarette des habitudes de consommation et associe la cigarette dans différents types d’action, de façon quasi-automatique : au réveil, avec le café, pour une pause, à l’apéritif, après le déjeuner, en soirée…

 

En arrêtant de fumer, le futur ancien fumeur ( !) craint ses effets de manque, et même « s’en fait une montagne ». Certes, il est important de s’y préparer pour faire face. Sachez aussi que, alors que nous imaginons

  •  que les envies risquent d’être terriblement fortes et insurmontables
  • qu’elles durent longtemps, de l’ordre de plusieurs minutes

Dans les faits

  • l’intensité de la sensation de manque n’augmente pas continuellement elle atteint un palier en quelques secondes
  • elle ne dure pas indéfiniment, 1 ou 2mn, il suffit de tenir bon durant ce laps de temps

Vous êtes motivé et décidé à arrêter de fumer ?

N’hésitez pas à me contacter : ensemble nous ferons le point sur là où vous en êtes, vous préciserez votre motivation, vous la renforcerez et l’hypnose pourra vous aider à franchir le cap

Consultations sur RDV au 06 34 18 00 23

Arrêter de fumer fait-il grossir ? Comment éviter de prendre du poids quand on arrête de fumer ?par Hélène Dujardin Sophrologue Hypnose Méditation Paris 11

Arrêter de fumer fait-il grossir ? Comment éviter de prendre du poids quand on arrête de fumer ? par Hélène Dujardin, Hypnothérapeute, Sophrologue, Paris 11

Arrêter de fumer fait-il grossir ? Comment éviter de prendre du poids quand on arrête de fumer ?

 

La peur de prendre du poids peut être un frein, ou en tout cas une préoccupation quand on décide d’arrêter de fumer. Que se passe-t-il au niveau du corps quand on arrête de fumer ? est-il légitime de craindre prendre du poids quand on arrête de fumer ? et surtout comment éviter de prendre du poids lors de l’arrêt du tabac ?

 

La tabac : un maintien en dessous du poids de forme

  • De fait, la nicotine augmente les dépenses énergétiques de 6 % au repos et de 12 % à l'effort. Autrement dit pour un même niveau d'activité, le fumeur brûle davantage de calories que le non-fumeur.
  • la cigarette a également, c’est connu, un effet coupe-faim la nicotine stabilise le taux de sucre sanguin (glycémie), ce qui a pour effet de réguler l’appétit. De plus, la consommation du tabac entraîne progressivement une perte du goût et de l’odorat.
  • La cigarette modifie aussi le métabolisme de base et ralentit le stockage des graisses.
  • Concrètement, on estime qu'une consommation quotidienne de 20 cigarettes équivaut à une dépense supplémentaire de 200 calories par jour et que le fumeur a un poids inférieur de 3 ou 4 kg à celui qu'il aurait naturellement.

Ainsi ce n’est pas tant que l’arrêt du tabac fasse grossir, mais que la cigarette maintienne « artificiellement » un poids plus bas

 

Et les pièges dans l’arrêt du tabac sont donc :

  • L’ouverture de l’appétit
  • Les éventuelles fringales face au manque, en lien avec la dépendance qu’engendre la nicotine, pour en savoir plus
  • Un stockage de graisses

 

Les 4 clés pour ne pas prendre du poids

  • Déjà, avant toute mise en œuvre de « plan d’action » alimentaire et sportif, le plus important est de ne pas « ouvrir les vannes à la consommation de douceurs, et autres aliments gras et industrialisés ». Autrement, de ne pas transférer consciemment ou inconsciemment la dépendance vers une « sur »consommation alimentaire.
  • Anticiper et prévoir des « plans B » comme un nouvel automatisme, en cas de pulsions tabac ou alimentaires : le verre d’eau, la pomme
  • Pas de régime mais une bonne hygiène de vie: ne pas ajouter trop de restrictions, favoriser l’équilibre, le goût, le plaisir dans la mesure du raisonnable
  • En profiter pour (re)prendre le sport ! le sport va par ailleurs vous permettre de sécréter de la sérotonine, effet que vous procurez la cigarette J

Vous êtes motivé et décidé à arrêter de fumer ?

N’hésitez pas à me contacter : ensemble nous ferons le point sur là où vous en êtes, vous préciserez votre motivation, vous la renforcerez et l’hypnose pourra vous aider à franchir le cap

Consultations sur RDV au 06 34 18 00 23

Arrêter de fumer : quelles sont les conséquences du tabagisme ? par Hélène Dujardin Sophrologue Hypnose Méditation Paris 11

Arrêter de fumer : quelles sont les conséquences du tabagisme ? par Hélène Dujardin, Sophrologue, Hypnose, Paris 11

La motivation est l’élément moteur dans la décision d’arrêter

C’est ce qui va vous donner l’impulsion pour changer et arrêter cette dépendance.

Prendre conscience de l’impact et des conséquences du tabac permet de lever ou tout au moins de commencer à dissiper le voile sur ce qu’apporte la cigarette. La balance penche de plus en plus, vers le moins !

Concrètement, fumer a notamment pour conséquences principales :

  • Concrètement, le tabac cause environ 73 000 décès chaque année.
  • En moyenne, un fumeur régulier sur deux meurt prématurément des causes de son tabagisme.

 

  • Fumer c’est augmenter de façon très importante des risques de cancers, gorge, trachée, larynx, bronches et poumons, langue. Et aussi de l’oesophage et de l’estomac (surtout s’il y a une consommation d’alcool). Aujourd’hui, un cancer sur trois est dû au tabagisme. Le plus connu est le cancer du poumon, dont 90 % des cas sont liés au tabagisme actif et 5 % au tabagisme passif

 

  • Le tabagisme actif peut également être à l’origine des maladies cardio-vasculaires : fumer est un des principaux facteurs de risque d’infarctus du myocarde. Les accidents vasculaires cérébraux, l’artérite des membres inférieurs, les anévrismes, l’hypertension artérielle sont également liés, en partie, à la fumée de tabac. L’atteinte vasculaire peut aussi provoquer des troubles de l’érection.
  • Les risques veineux sont aussi augmentés : risque de phlébite, embolie pulmonaire
  • Le fonctionnement broncho pulmonaire est également altéré : l’apparition de bronchite à répétition, chronique qui augmente le risque de pneumopathie et pneumonie.
  • Des risques et impacts aussi sur la fécondité et dans le cadre de grossesse : le risque de fausse couche est triplé, la fécondité baisse de 30%, les grossesses extra utérine augmente de 50% ; à ces risques s’ajoutent les risques de malformations, cancer pédiatrique, diminution du QI, de mort subite du nourrisson
  • Dans un cadre post-opératoire, les risques infectieux sont multipliés par trois, sans compter les complications, retards de consolidation, cicatrisations

Pour en savoir plus

Vous êtes motivé et décidé à arrêter de fumer ?

N’hésitez pas à me contacter : ensemble nous ferons le point sur là où vous en êtes, vous préciserez votre motivation, vous la renforcerez et l’hypnose pourra vous aider à franchir le cap

Consultations sur RDV au 06 34 18 00 23

Tabac : la composition d’une cigarette, par Hélène Dujardin Sophrologue Hypnose Méditation Paris 11

Que contient une cigarette? par Hélène Dujardin, sophrologue, praticienne en méditation

Arrêter de fumer : qu’est ce qu’il y a dans une cigarette ?

  • La fumée de cigarette est un aérosol : un mélange de gaz et de particules qui se forme à une température pouvant aller jusqu'à 1 500 °C.
  • Dans le tabac non brûlé d'une cigarette, il existe déjà 2 500 composés chimiques. C'est lors de la combustion du tabac que cela  passe à plus de 4 000 substances dont beaucoup sont toxiques pour l'organisme, et dont 50 sont identifiées comme cancérigènes.
  • Éléments présents dans la plante de tabac
    • Le tabac est composé d’éléments chimiques avant même d’être transformé par les compagnies de cigarettes.
    • Nicotine présente naturellement dans la plante de tabac.
    • Arsenic présent dans les pesticides qui sont utilisés pour éloigner les insectes des plants de tabac qui s’en imprègne. L’arsenic, qui est aussi utilisé dans le poison à rat, est toxique et très cancérigène.
  • Produits ajoutés par les fabricants
    • Les agents de saveurs, de texture et de conservation ne sont pas nécessairement nocifs à la base, mais ils masquent les effets négatifs du tabac. En plus, au contact du feu, ils libèrent plusieurs substances dangereuses.
    • Ils améliorent le goût et adoucissent l’irritation de la fumée.
    • Ils maintiennent l’humidité du tabac et contrôlent la vitesse à laquelle il se consume.
    • Ils dilatent les voies respiratoires et facilitent l’entrée de la fumée dans les poumons.
    • Ils camouflent l’odeur et la visibilité de la fumée passive.
  • Substances générées par la combustion du tabac
Ammoniaque  favorise l’absorption de la nicotine dans le corps et augmente ainsi les risques de dépendance de ceux-ci. Ce composant de la fumée de cigarette est présent dans les détergents et les produits désinfectants.
Benzène Ce produit pénètre dans les cellules et modifie leur ADN, ce qui engendre des cancers. Le benzène se retrouve dans l’essence, certaines colles et beaucoup de pesticides.
Cadmium Cadmium cause de sérieux dommages aux poumons. Aussi, il est responsable du jaunissement des dents et de la perte des sens de l’odorat et du goût des fumeurs  Le cadmium est un métal lourd que l’on retrouve entre autres dans les batteries et les teintures.
Cyanure d’hydrogène  endommage les voies respiratoires et rend les poumons plus vulnérables aux infections. fait partie de la liste des composants des pesticides et des matières plastiques.
Formaldéhyde  contenu dans la fumée de tabac est reconnu pour causer la leucémie. C’est un produit extrêmement toxique dont l’une des utilités courantes est de préserver les cadavres.
Goudron.  jaunit les dents et laisse des dépôts noirâtres dans les poumons des fumeurs. Le goudron se colle aux parois des voies respiratoires et cause des lésions aux poumons. Ce produit, qui sert entre autres à asphalter les rues
Monoxyde de carbone Cette substance porte atteinte au cœur, au cerveau et aux muscles des personnes qui l’inhalent. Elle est entre autres très dangereuse pour les femmes enceintes Le monoxyde de carbone est le gaz qui s’échappe des automobiles et des poêles à bois.
Oxyde d’azote  irrite les poumons et rend la respiration de ceux qui l’inhalent très difficile Ce composant contribue à l’effet de serre et est la principale source des pluies acides.

Vous êtes motivé et décidé à arrêter de fumer ?

N’hésitez pas à me contacter : ensemble nous ferons le point sur là où vous en êtes, vous préciserez votre motivation, vous la renforcerez et l’hypnose pourra vous aider à franchir le cap

Consultations sur RDV au 06 34 18 00 23

 

Scroll to top
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Facebook
Facebook
YouTube
LinkedIn
Instagram